pronoturf-gégé23 et cyr87

Au Pays du Trot , Pronos sur toutes les courses au trot .

UNIVERS de PAN, CYRIL et Elodie vous souhaitent la bienvenue . Bonne Chance. Une pensée a notre ami Gégé

Juin 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

hippodrome de vincennes

hippodrome d'enghien

hippo auteuil-longchamp

hippodrome saint cloud

hippodrome maisons laffitte

hippodrome de caen

hippodrome de vichy


    Combiné 2015 à seize jours de la fin de l’année, neuf...15/12/15

    Partagez
    avatar
    elodie

    Messages : 8454
    Date d'inscription : 08/05/2011
    Age : 69
    Localisation : Dans le 08 - et c'est très joli ! oui ! oui !

    Combiné 2015 à seize jours de la fin de l’année, neuf...15/12/15

    Message  elodie le Mar 15 Déc - 21:17


    Eric Raffin mène la danse dans le Combiné

    Pour la septième fois, depuis 2007, Éric Raffin et Franck Nivard vont faire le jumelé du Combiné. Le Vendéen l'a gagné deux fois, en 2012 et 2014, alors que le “Manchois” a déjà été sacré à cinq reprises.


    Nous avons rencontré Franck Nivard et Éric Raffin afin qu'ils nous livrent leurs impressions sur ce duel de fin d'année pour le plus grand nombre de victoires dans les deux spécialités cumulées. “La concurrence entre nous est saine, s'accordent-ils à dire. Il n'y a pas de coups tordus et il arrive même que nous nous refilions des montes.” Toujours est-il que nous avons assisté à de très belles luttes entre eux que ce soit dans la Clôture du GNT entre Ulster Perrine et Uniflosa Bella, mais aussi dimanche dernier entre Tsar de Touchyvon et Ugolin du Maine (voir photo ci-contre), au trot monté cette fois-ci. Avant la réunion de samedi, l'écart était de sept, pour passer à neuf le soir, puis redescendre à huit le dimanche. Ils se rendent coup pour coup, le “Vendeén” ayant tellement envie d'enlever l'Étrier d'Or et le Combiné, pour la première fois la même année, avec en bonus le Sulky de Bronze. Affaire à suivre...


    Est-ce que le coup est jouable pour un retournement de situation ?

    Franck Nivard : J'en gagne, tu en gagnes. C'est un peu à toi, à moi. À deux semaines de la fin, mieux vaut en avoir neuf d'avance que de retard. Sincèrement, cela me paraît compliqué. Il faut que je remporte une vingtaine de courses et lui pas plus de onze. C'est injouable.

    Éric Raffin : Neuf victoires à remonter en quinze jours, c'est possible. Tout peut aller très vite.

    l Qu'en pense le principal intéressé ?

    E.R.: Je préfère être à ma place qu'à la sienne (éclats de rires des deux) mais je le répète, tout peut aller très vite. Avec Franck, rien n'est acquis. Il est capable de réaliser trois hat-trick en trois jours et de remettre les compteurs à égalité. 

    Surtout que vous ne manquez pas de partants lors de chaque réunion...

    F.N. : C'est sûr, nous en avons huit et même jusqu'à neuf mais il faut vraiment que ça se goupille bien. De toute façon, ce sera comme ça sera.

    l Allez-vous vous battre et vous déplacez un peu partout car il y a la possibilité d'être en piste tous les jours ?

    F.N. : Ah non ! Déjà, je ne vais pas à Cabourg jeudi.

    E.R. : Moi non plus. En revanche, je m'y rendrai pour le mercredi (23) mais auparavant, je serai sûrement à Nantes le lundi. Exceptionnellement, pas de Vincennes le jeudi 24 car je tiens à réveillonner en famille en Vendée.

    F.N. : Je ne vais sans doute pas à Nantes, alors...

    Vous n'en faites pas une obsession...

    F.N. : Non, ce n'est pas comme si je n'avais jamais gagné le Combiné. Je l'ai remporté à plusieurs reprises.

    Avez-vous toutefois des bonnes cartouches en perspective ?

    F.N. : De mon entraînement, pas spécialement. En revanche, normalement, j'ai une grosse journée le dimanche 27 avec Bold Eagle, dans le “Continental”, Câline des Plages, dans le Prix de Vincennes, et Lionel, dans le “Ténor de Baune”.

    E.R. :J'ai le “Briand” Boss du Meleuc (ce mercredi) qui possède une première chance. Je ne voulais surtout pas louper le week-end dernier et cela s'est bien passé.

    Vous êtes copains. Vous êtes-vous un peu chambrés, comme cela vous arrive de temps à autres pour le Combiné ?

    E.R. : Non. On n'en a jamais trop parlé, mais depuis un moment, je connais le score, je suis cela de près.

    F.N. : Non, je n'y ai pas fait attention. À vrai dire, je m'en fous un peu... (sic)

    Comme vous le disiez à une époque en blaguant, c'est l'oseille qui compte...

    F.N. : Exactement ! Il n'y a que ça de vrai... (rires) mais j'espère surtout bien faire le jour du “Continental” et surtout dans “l'Amérique” avec Bold Eagle. Cela dit, si j'avais été à la lutte pour le Sulky d'Or, j'aurais peut-être été partout. Cela aurait été dommage de passer à côté mais si je peux le faire au moins une fois dans ma carrière...

    Mais Jean-Michel Bazire ne lâche rien avec un dix-septième trophée comme driver en 2015.

    F.N. : Et cela peut durer encore dix ans, ce b... là (éclats de rires des deux intéressés).

    E.R. : Moi, le Sulky d'Or, je n'y crois pas. Je n'en suis pas capable

    Revenons à ce Combiné, n'aviez-vous pas terminé ex aequo, en 2011, de l'un des trophées majeurs ?

    (En chœur) : L'Étrier d'Or. E.R. : Cela s'était joué le 31 décembre. J'étais venu égaliser.

    F.N. : Un excellent souvenir. Il y avait aussi ex aequo pour la troisième place entre Matthieu Abrivard et Yoann Lebourgeois. Nous étions quatre dans un mouchoir de poche juste avant le dernier jour.


    Pourquoi pas un nouveau dead-heat ?

    F.N. : Je ne vais pas me relâcher. 

    E.R. Moi aussi mais un dead-heat me conviendrait parfaitement.

    F.N. Je signe tout de suite.


    _________________
    On repart pour l'année !!

      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 0:50