pronoturf-gégé23 et cyr87

Au Pays du Trot , Pronos sur toutes les courses au trot .

UNIVERS de PAN, CYRIL et Elodie vous souhaitent la bienvenue . Bonne Chance. Une pensée a notre ami Gégé

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

hippodrome de vincennes

hippodrome d'enghien

hippo auteuil-longchamp

hippodrome saint cloud

hippodrome maisons laffitte

hippodrome de caen

hippodrome de vichy


    Le portrait du samedi : Henri-Alex Pantall 12/05/17

    Partagez
    avatar
    elodie

    Messages : 9407
    Date d'inscription : 08/05/2011
    Age : 69
    Localisation : Dans le 08 - et c'est très joli ! oui ! oui !

    Le portrait du samedi : Henri-Alex Pantall 12/05/17

    Message  elodie le Ven 12 Mai - 19:24

    ]b]Depuis près de 20 ans, Henri-Alex Pantall fait partie du Top 5 national des entraîneurs, avec une moyenne de 130 victoires par an. 2017 semble être un bon cru pour l’observateur de Beaupréau.

    Juché sur son “poney”, Henri-Alex Pantall revient de la piste. Comme chaque matin, il a observé sa quarantaine de chevaux grimper la dernière ligne droite. Le site est magnifique. Un écrin de verdure niché dans le bocage du Maine-et-Loire, avec un château en arrière-plan. “Je suis fier d'avoir réussi à faire ce que je voulais du Bois du Coin”, confie l'entraîneur. Au-delà de l'environnement naturel exceptionnel, le maître des lieux depuis trente-sept ans en a fait un centre d'entraînement performant. “C'est une organisation qui fonctionne”, reconnaît Henri-Alex Pantall avec modestie. Soixante salariés, répartis sur deux sites s'activent à la réussite des lieux. “J'ai été l'un des premiers à créer une antenne secondaire. Je pensais pouvoir améliorer l'aptitude de mes chevaux à Chantilly. Mais je me suis rendu compte que rien ne valait l'observation en bord de piste.” Malgré son élogieux palmarès, Henri-Alex n'a pas encore le don d'ubiquité qui lui permettrait d'être à deux endroits à la fois !



    Recentrée uniquement sur son paradis bellopratain, l'écurie abrite 171 chevaux dans des boxes aux architectures variées. Les lieux ont dû évoluer en même temps que la réussite de l'entraîneur. “J'ai commencé avec une dizaine de chevaux, à la suite de la disparition de mon père”, se remémore-t-il. René Pantall, son père, était entraîneur privé pour le Duc de Blacas après la guerre. “Le Duc avait proposé à mon père de créer un centre privé en 1948, à Beaupréau”, raconte le fils, fier d'avoir réussi à prolonger l'héritage un demi-siècle plus tard.



    Après s'être formé auprès de François Mathet, où il avait la responsabilité de la cour Rothschild, Henri-Alex Pantall a dû reprendre à 27 ans les rênes du centre privé. “En accord avec le Duc, j'ai pu ouvrir ma clientèle. Mon premier client m'avait placé un cheval de steeple qui était rentré dans un état déplorable des courses”, se souvient-il avec amusement. Les résultats n'ont pas tardé à suivre. À l'échelon régional d'abord, “nous avons gagné quelques derbies, avec Pebble, Sporran, Star Maïté, Pierrion, Harvest Time... Cela nous a amené des propriétaires.” De grandes casaques ont franchi le portail du Bois du Coin.



    Depuis 1995, son année la moins performante en termes de victoires est 1999, avec 119 succès ! “Et le record est à 168 victoires en 1995”, informe Martine Ricard, secrétaire en poste depuis 1985. Le secret de la constance des résultats est justement dans son organisation bien huilée. “C'est le travail d'une équipe. Nous sillonnons les hippodromes de France.” Mais Henri-Alex Pantall parle aussi de chance. “Celle de n'avoir jamais eu une année catastrophique qui nous aurait fait dégringoler à la 10e place.”



    D'autres rêvent d'atteindre cette place. Pour l'entraîneur de Beaupréau, chaque matin, c’est le même plaisir qu’il prend à voir ses chevaux “et pas pour accumuler les victoires à tout prix”. Désormais aidé dans sa tâche par Sébastien Cailleau, en remplacement de Ludovic Gadbin, le professionnel avoue que ce changement dans ses habitudes lui a permis de se recentrer, “me remettre en question pour cerner ce que l'on a pu laisser aller”. Mais son sens de l'observation, lui, est toujours le même.



    Il ne saurait dire quelle qualité il apprécie le plus chez un cheval. C'est une histoire de feeling : “Ça se passe entre lui et moi.” Cette saison s'annonce porteuse d'espoirs. Alors que West Wind lui a offert son premier groupe I en France, Sistercharlie doit s'aligner aussi dans le Prix de Diane. “Elle évitera le Prix Saint-Alary car elle a encore besoin de fleurir. Elle est généreuse et se donne beaucoup.”Manahir, Yuman, Phelps Win, sont pêle-mêle les vecteurs de rêves 2017.



    Son Cesio fera sa rentrée ce week-end, en vue de courir à Ascot, en juin. Un moment important pour l'entraîneur. “Je suis attaché à ce cheval, il a fait une carrière agréable. Ce sera peut-être sa dernière année.” Côté jockey, l'équipe a aussi été renouvelée à la suite de divers changements. “Les courses parisiennes et régionales n'ont pas le même rythme. Ce n'est pas la même façon de monter et il faut adapter les montes”, est persuadé l'entraîneur qui a fait monter et briller pendant des années : Joël Boisnard, Goulven Toupel, Fabrice Veron...[/b]


    _________________
    On repart pour l'année !!

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 22:52