pronoturf-gégé23 et cyr87

Au Pays du Trot , Pronos sur toutes les courses au trot .

UNIVERS de PAN, CYRIL et Elodie vous souhaitent la bienvenue . Bonne Chance. Une pensée a notre ami Gégé

Novembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

hippodrome de vincennes

hippodrome d'enghien

hippo auteuil-longchamp

hippodrome saint cloud

hippodrome maisons laffitte

hippodrome de caen

hippodrome de vichy


    QIPCO PRIX DU JOCKEY-CLUB : BRAMETOT, LE ROI SOMMEIL

    Partagez
    avatar
    elodie

    Messages : 9678
    Date d'inscription : 08/05/2011
    Age : 69
    Localisation : Dans le 08 - et c'est très joli ! oui ! oui !

    QIPCO PRIX DU JOCKEY-CLUB : BRAMETOT, LE ROI SOMMEIL

    Message  elodie le Lun 5 Juin - 15:05

    Au terme d'une incroyable remontée, Brametot est venu ajuster sur le poteau un Waldgeist plus combatif que jamais. Un peu brillant durant le parcours, Recoletos prend une très bonne troisième place. L'épreuve a tenu toutes ses promesses. Chantilly culmine cette année au-dessus d'Epsom.

    "Le roi peut tout, donc il peut attendre”, avait répondu Lully quand Louis XIV lui avait signifié qu'il avait failli attendre. À l'issue d'une incroyable fin de course dimanche après-midi, Brametot est effectivement devenu le nouveau roi. Incontestablement. Le Roi Sommeil, serait-on tenté d'écrire, puisque sa tactique consiste à dormir à l'arrière-garde, avant de venir exécuter ses adversaires. D'ailleurs, à l’entrée de la ligne droite, il paraissait si loin du groupe de tête que l'angoisse qui enveloppait ses supporters, tel un lierre grimpant, en devenait étouffante. “Je me suis dit, c'est mort. Je l'ai couru trop rapproché. Il n'avance pas. On va finir dernier”, confiera Jean-Claude Rouget quelques minutes après l'arrivée.

    Mais comme il avait su le faire le mois dernier à Deauville dans la Poule d'Essai des Poulains, le fils du jeune étalon Rajsaman rattrapa un à un ses adversaires. Une incroyable remontée au cours de laquelle l'espoir changea de camp, à plusieurs reprises. Un peu brillant durant le parcours, Recoletos donne un instant l'impression de pouvoir l'emporter à deux cents mètres de l'arrivée. Puis Waldgeist prend l'avantage, avant que Brametot ne vienne lui régler son compte sur le poteau d'arrivée. “La stratégie, c'est 5 % du succès, l'exécution, c'est 95 % du succès”, a déclaré un jour le grand patron d'industrie Carlos Ghosn avec sans doute beaucoup de fausse modestie. Si l'exploit réalisé sur la piste de Chantilly est d'abord celui d’un poulain d'exception, son cavalier, Cristian Demuro, s'est révélé l'exécutant parfait dans tous les sens du terme. Connaissant parfaitement le point faible de son partenaire qui s'élance toujours lentement, respectueux de la musique intime du cheval, et ne perdant jamais son sang-froid, il a tout simplement monté une course d'anthologie.

    Invaincu cette année, et désormais titulaire de six victoires, Brametot n'a été battu qu'une seule fois, l'été dernier à Deauville. Trop brillant durant le parcours, il avait dû se contenter d'une deuxième place derrière un concurrent qu'il pourrait porter sur son dos. Cette demi-défaite paraît très loin maintenant. Après son succès dans le Prix du Jockey-Club devant Waldgeist, l'un des fers de lance de l'écurie “Fabre”, longtemps envisagé pour défier les anglais à Epsom, et Recoletos, tellement impressionnant dans le Prix Greffulhe, le représentant d'Al Shaqab Racing (en association avec Gérard Augustin Normand qui a cédé la moitié du poulain récemment) se propulse très haut sur l'échiquier européen. Probablement au-dessus des protagonistes du Derby anglais dont le verdict semble avoir laissé sceptiques bien des observateurs.

    Huit ans après Le Havre, et une saison seulement après le sacre d'Almanzor, Jean-Claude Rouget inscrit donc une nouvelle fois son nom au palmarès de la course, avec un poulain entièrement façonné par ses soins, et acquis aux ventes de Deauville 26.000 euros. “C'est incroyable ! Je n'avais qu'un seul cheval pour disputer cette course. Nous avons hésité avec une autre épreuve en Angleterre. Et surtout, il aurait pu se retrouver dans le mauvais barn. On a eu beaucoup de chance.”

    Savoir accepter avec déférence, voire courtoisie, les avances de la bonne fortune, c’est l'une des clés de la réussite.



    Le jockey


    “La course que tout le monde veut gagner”


    Sur la piste, Cristian Demuro lève les yeux au ciel. Comme pour mieux se persuader qu'il a encore offert à Brametot un nouveau classique. Comme pour mieux savourer son premier Prix du Jockey-Club. “Pour un Italien, c'est avec “l’Arc” la course française que tout le monde veut gagner”, explique celui qui a aussi enlevé le Prix de Diane l'an passé. Son succès de dimanche lui permet d'engranger un cinquième groupe I en France. À seulement 24 ans, il rejoint Frankie Dettori sur la liste des Italiens à avoir épinglé le “Diane” et le “Jockey-Club”. “C'est trop tôt pour dire si je marche sur ses traces, car c'est un très grand jockey, répond-il humblement. Mais c'est déjà un rêve pour moi d'avoir gagné ces deux belles épreuves.” Et ce n'est sans doute pas terminé...



    L'entraîneur


    “À l'entrée de la ligne droite, c'était ingagnable”


    Ce troisième Prix du Jockey-Club a beau constituer son vingt-huitième groupe I en France, Jean-Claude Rouget n'en garde pas moins la capacité d'être étonné par ses chevaux et la ligne droite de Brametot pour aller cueillir une victoire au forceps n'a pas manqué de le faire réagir : “Je l'ai cru mort. À l'entrée de la ligne droite, c'était ingagnable et je me suis dit qu'il était défraîchi, que j'avais eu tort de le courir rapproché et que nous allions finir derniers... Il faut un poulain exceptionnel pour faire la ligne droite qu'il fait. Il a forcément hérité de la tenue de sa mère, une sœur de Monsun, sinon il aurait rencontré un mur à mi-ligne droite !” 



    Une association payante



    “Beaucoup d'heureux”


    Propriété d'Al Shaqab Racing et de Gérard Augustin-Normand, Brametot a fait “beaucoup d'heureux”, comme l'explique Rupert Pritchard-Gordon, manager d'Al Shaqab : “Sa victoire dans le Prix de Fontainebleau nous avait beaucoup plu. Et comme l'association avec M. Augustin-Normand avait déjà bien fonctionné avec Ectot, nous avons voulu renouveler l'opération. C'est génial pour Al Shaqab qui remporte son premier Derby en Europe. Grâce à Jean-Claude Rouget et Cristian Demuro, il y a encore plus de personnes heureuses.”



    Un trio français


    Carlos Laffon-Parias : “Ça se paye pour finir”


    “On court toujours pour gagner, alors forcément on est un peu déçu.” Troisième avec Recoletos, Carlos Laffon-Parias, regrettait un peu le déroulement de la course : “Il est mal parti et a mis longtemps à trouver un “dos”. À ce moment-là, il en fait un peu trop et ça se paye pour finir. Les deux premiers étaient les deux chevaux que je craignais, avant le coup.” Patron de la Gestüt Ammerland, Dietrich von Boetticher, deuxième avec Waldgeist, commente : “Il court très bien. André Fabre préférait le parcours français plutôt que le Derby d'Epsom. Hurricane Run a terminé à la même place en 2005 et a ensuite gagné l'Arc de Triomphe. On lui souhaite le même avenir...”


    _________________
    On repart pour l'année !!

      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 23:14