pronoturf-gégé23 et cyr87

Au Pays du Trot , Pronos sur toutes les courses au trot .

UNIVERS de PAN, CYRIL et Elodie vous souhaitent la bienvenue . Bonne Chance. Une pensée a notre ami Gégé

Juin 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

hippodrome de vincennes

hippodrome d'enghien

hippo auteuil-longchamp

hippodrome saint cloud

hippodrome maisons laffitte

hippodrome de caen

hippodrome de vichy


    CINQ QUESTIONS À ERIC SAINT-MARTIN : “IL FAUT TENTER SA CHANCE”

    Partagez
    avatar
    elodie

    Messages : 8430
    Date d'inscription : 08/05/2011
    Age : 69
    Localisation : Dans le 08 - et c'est très joli ! oui ! oui !

    CINQ QUESTIONS À ERIC SAINT-MARTIN : “IL FAUT TENTER SA CHANCE”

    Message  elodie le Jeu 15 Juin - 20:41

    Ce dimanche, à Chantilly, Éric Saint-Martin, qui après avoir connu de grandes joies lorsqu’il était jockey, lauréat d’un Arc de Triomphe en 1993 avec Urban Sea , va tenter de remporter son premier groupe I en tant qu’entraîneur. Festive portera ses espoirs dans le Prix de Diane, une compétition à laquelle il participe pour la première fois.

    Votre pouliche va se présenter au départ du Prix de Diane sans aucun complexe...


    Festive a très bien travaillé la semaine dernière et c’est la raison pour laquelle je vais la présenter au départ du Prix de Diane. C’est moi qui l’ai montée à l’entraînement et je l’ai sentie dans un bon état de forme. Cette édition me semble particulièrement ouverte et, certaines pouliches, comme Festive, pourraient agréablement surprendre. Qui ne tente rien n’obtiendra rien. Son propriétaire, Alidar Utemuratov, se fait plaisir et le challenge mérite d’être relevé. Vous savez, rien ne me fait peur. Parmi les visiteuses, je n’ai pas entendu dire qu’il y en avait une qui sortait du lot. Évidemment, il ne faut pas sous-estimer l’opposition, mais la Poule d’Essai a sacré une pouliche, Précieuse, qui ne faisait pas partie des favorites. Il faut tenter sa chance.

    Revenons sur le parcours de Festive...


    Elle est arrivée dans mon écurie en fin d’année dernière et je lui ai laissé le temps d’éclater physiquement, car c’est une petite pouliche légère et longiligne. Elle a victorieusement débuté sa carrière à Cagnes-sur-Mer, durant le meeting hivernal, et ce fut une agréable surprise, puisqu’elle n’avait pas forcément beaucoup de travail. Je m’attendais à ce qu’elle court bien, mais sans avoir la prétention de gagner d’emblée, d’autant que les grandes écuries étaient présentes. Elle s’est ensuite correctement comportée dans deux classes 1, notamment à Maisons-Laffitte, où le lot me semble être de bonne qualité. Ce jour-là, elle concluait quatrième et, à son retour aux balances, son jockey Christophe Soumillon m’avait conseillé de la munir d’une paire d’œillères australiennes. En fait, Christophe pensait venir faire la différence à la distance, mais Festive est restée à la hauteur de ses adversaires.

    Le résultat de la Poule d’Essai ne reflète pas la réalité ?

    Sûrement pas. Son jockey avait pour ordre de lui cacher l’effort au maximum. Malheureusement, elle s’est retrouvée très vite aux avant-postes, dû à sa vitesse de base, puis a déroulé pendant mille mètres et a logiquement craqué pour finir. C’est dommage, car c’est une pouliche qui possède un joli changement de vitesse et son propriétaire l’avait supplémentée. Ce jour-là, les éléments étaient contre nous. Le terrain était beaucoup trop souple pour ses réelles aptitudes. Il faut oublier cette course.

    Justement, Festive va-t-elle s’adapter au tracé ?


    Oui, je pense qu’elle tiendra la distance et qu’elle s’adaptera au parcours cantilien. Il faut simplement se montrer patient et préserver sa pointe de vitesse le plus longtemps possible. A priori, elle aura son terrain de prédilection. Il fait beau et chaud en ce moment. Ce sont des conditions idéales pour ma pouliche.

    Que ressentez-vous à l’idée de présenter une pouliche dans le Prix de Diane ?


    C’est une chance qui m’est offerte. Je n’ai pas un effectif pléthorique sous ma responsabilité et, pour autant, je ne me mets aucune pression inutile. Les grandes victoires ont toutes une histoire derrière elles et rien n’est jamais écrit d’avance. Les exemples d’entraîneurs ayant tenté leur chance dans un groupe I, alors qu’ils n’avaient pas la première chance, et qui ont triomphé, ne manquent pas. Le premier nom qui me vient à l’esprit est Robert Collet avec Le Glorieux. Nous verrons bien dimanche.


    _________________
    On repart pour l'année !!

      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 10:56